Performances de reproduction des fermes laitières de certains pays en Europe, sur les 3 dernières années

Comme nous l’avons expliqué dans notre article précédent, il existe un ensemble de données unique des fermes laitières en Europe, qui font partie du projet de comparaison de fermes d’UNIFORM-Agri. Avec ces données, nous pouvons examiner comment évoluent ces fermes, sur une période donnée. Afin de respecter la protection des données personnelles, nous ne montrons que la tendance du groupe de fermes, par pays. La plupart des données sont des moyennes mobiles annuelles, mesurées en janvier.

Nous avons déjà montré les différences de taille et la productivité des troupeaux. Dans cet article, nous parlerons des performances de reproduction dans les exploitations des quatre mêmes pays : Les Pays-Bas (1420 exploitations), la Belgique (299 exploitations), l’Allemagne (170 exploitations) et le Royaume-Uni (480 exploitations). Tous utilisent le logiciel de gestion de troupeau UNIFORM-Agri ou une version de marque de celui-ci.

En parlant de performance de reproduction, il y a quelques indicateurs clés de performance (ICP) à surveiller. Les plus importants sont inclus dans notre ensemble de données. Il s’agit de :
– Nombre moyen de jours de lactation jusqu’à la première insémination (JdL moy. à 1ère insémination) : pour toutes les vaches du troupeau, le nombre moyen de jours après le vêlage où les vaches sont inséminées/mises au taureau.
– Taux d’insémination (TI) : parmi toutes les vaches admissibles, combien d’entre elles ont été inséminées/mises au taureau.
– Taux de conception (TC) : de toutes les vaches inséminées, combien d’inséminations réussissent.
– Taux de gestation (TG) à 21 jours : un mélange des 2 indicateurs précédents. C’est le résultat de TI * TC. Ce qui signifie que, parmi toutes les vaches admissibles, combien sont gestantes.
– Intervalle de vêlage prévu : l’estimation du nombre de jours qui se seront écoulés entre le dernier vêlage et le suivant. Cet indicateur considère les vaches gestantes, inséminées sans diagnostic et les vaches encore vides pour la prévision.
– Âge moyen au 1er vêlage : un indicateur très important pour les génisses. C’est le temps moyen qu’il faut à une génisse jusqu’à son premier vêlage et commencer à produire.

Selon la gestion du troupeau, et pour certains de ces indicateurs de performance, nous pouvons considérer une valeur comme bonne ou comme étant un objectif. C’est le cas pour le nombre de jour de lactation moyen à la 1ère insémination ou pour l’intervalle de vêlage prévu, par exemple.

Pour les fermes à forte production, l’objectif serait d’avoir un intervalle de vêlage légèrement plus long et un nombre de jours légèrement plus important aussi jusqu’à la première insémination, que ce qui est considéré comme idéal dans leur région / pays. Sinon, les vaches seraient taries lorsqu’elles produisent encore beaucoup de lait, il est donc préférable de prolonger ces périodes dans le temps.

Pour d’autres indicateurs, la valeur idéale sera similaire pour toutes les fermes, indépendamment de la quantité de lait produite. Il s’agit du :
– TI : 60 à 70 %
– TC : 40 % pour les vaches, 60 % pour les primipares
– TG : 20 % ou plus
– Âge au 1er vêlage : vers 24 mois
Voici les résultats d’analyse des données du groupe de fermes que nous comparons :

Nombre moyen de jours de lactation jusqu’à la 1ère0
insémination :
L’intervalle le plus court entre le vêlage et la 1ère insémination provient d’exploitations britanniques. Cela peut être dû à différentes choses : très bonne gestion des vaches taries, utilisation de systèmes d’activité et de capteurs, ou utilisation de protocoles de synchronisation à la ferme.

La valeur des fermes belges a diminué de 3,4 points au cours des 3 années de l’analyse, tandis que la valeur des exploitations allemandes a augmenté de 2,5 points. Les fermes néerlandaises étaient stables pendant cette période.

Taux d’insémination, taux de conception et taux de gestation :
Les résultats du taux d’insémination montrent que les valeurs les plus élevées proviennent du Royaume-Uni, suivi de la Belgique. Les résultats des fermes néerlandaises augmentent également dans le temps. Pour l’Allemagne, il y a une baisse en 2020, mais en 2021 cela semble repartir à la hausse. Aucune des valeurs n’est proche des valeurs idéales, nous verrons l’impact de cela plus loin dans ce document.

À propos de TC, les fermes allemandes sont les plus performantes du groupe. Ce qui montre qu’il existe différentes façons de gérer la reproduction du troupeau et cela ne signifie pas qu’une façon est meilleure que l’autre. Cela dépend non seulement de la situation du pays, mais aussi de la situation et de la réalité des exploitations agricoles. Les résultats des exploitations néerlandaises ont légèrement diminué et ceux du Royaume-Uni et de la Belgique sont plus faibles. Les exploitations agricoles britanniques ont diminué en 2020, mais le résultat final en 2021 est une augmentation de 0,5 point. Le taux de conception des exploitations agricoles belges a également diminué en 2020, mais ne s’est pas amélioré en 2021.

De ces trois indicateurs clés, le taux de gestation est probablement le plus pertinent, car il révèle indirectement l’évolution des deux autres indicateurs.

Les fermes britanniques ont le meilleur taux de gestation car elles ont le taux d’insémination le plus élevé et aussi un très bon taux de conception. De plus, il y a une amélioration de près de 1 point au cours de la dernière année.

Les exploitations néerlandaises restent au même niveau, car il y a eu une légère diminution du taux de conception ; en même temps qu’une augmentation du taux d’insémination la dernière année.

L’impact de l’augmentation du taux d’insémination de plus de 4 points dans les fermes belges a également entraîné une belle augmentation du taux de gestation. D’autre part, l’augmentation et les bonnes valeurs en taux de conception dans les exploitations allemandes n’atténuent pas les résultats du taux d’insémination.

Intervalle de vêlage prévu :
Le graphique montre une augmentation importante (19 jours) pour les exploitations agricoles allemandes. Cela pourrait s’expliquer par les résultats de l’âge moyen à la première insémination, qui sont plus élevés que dans d’autres pays. Cela pourrait aussi provenir des résultats du taux d’insémination. Même en ayant un bon taux de conception, ce qui signifie que de nombreuses vaches inséminées sont gestantes, les valeurs du taux d’insémination pourraient nous laisser penser qu’un nombre insuffisant de vaches sont détectées en chaleur et inséminées. Cela a un impact sur le nombre de jours pour avoir une vache gestante, et donc sur l’intervalle de vêlage. Pour les trois autres pays, les résultats sont bons et les performances sont positives.

Âge moyen au premier vêlage :
Tous les pays ont amélioré la performance de cet indicateur de performance au cours des 3 dernières années. Les génisses vêlent plus âgées en Allemagne et au Royaume-Uni que les Pays-Bas et la Belgique. Comme il a été montré dans le document précédent, cela est important pour la performance de la reproduction, mais aussi pour la durabilité de la ferme.

Nous tenons à souligner que les résultats et les explications sont basés sur notre ensemble de données, analysé comme un groupe isolé de fermes dans la même situation. Il est difficile d’extrapoler cela au monde réel et il faut tenir compte du fait qu’il n’y a pas de résultats meilleurs ou plus médiocres, car la gestion du troupeau et la performance du troupeau sont fortement influencées par de nombreux facteurs non inclus dans cette analyse, tels que le prix du lait, les coûts de l’alimentation, la main-d’œuvre, les conditions météorologiques, le pays et les réglementations, etc…

Ir. Harm-Jan van der Beek

Almudena Molinero, DVM

Lire plus d’articles

Partagez ces connaissances dans votre réseau!